L’atelier nord-américain sur le caribou souligne l’importance d’établir des liens pour la conservation du caribou

By 27 mai 2016Blogue

J’ai eu le grand plaisir de me joindre à des signataires de l’Entente sur la forêt boréale canadienne (EFBC) et aux membres de son comité scientifique pour l’atelier nord-américain sur le caribou qui a eu lieu à Thunder Bay (Ontario) la semaine dernière. Parmi les signataires présents se trouvaient Wendy Crosina (Weyerhaeuser Canada), Margaret Donnelly (Alberta Pacific Forest Industries), Chris Black (Tembec), Jeff Wells (International Boreal Conservation Campaign) ainsi qu’Alison Ronson, Gord Vaadeland, Florence Daviet, Janet Sumner, Anna Baggio et Peter Wood (Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP)). Ronnie Drever (The Nature Conservancy – Canada), Darren Sleep (National Council on Air and Stream Improvement), Chris Miller (SNAP) et Kate Lindsay (Association des produits forestiers du Canada (APFC)), du comité scientifique, étaient aussi présents. Le thème de la conférence portait sur les « liens » et en fait, on en a abordé beaucoup, notamment les liens techniques et humains nécessaires pour faire progresser la conservation du caribou.

La conférence a débuté avec Paul Kennedy, de l’émission Ideas à la radio de CBC, qui a animé une séance plénière enthousiaste sur les leçons apprises, sur les problèmes résolus et à résoudre ainsi que sur les prévisions à propos de l’avenir du caribou. Stan Boutin, Anne Gunn, Martin-Hugues St-Laurent et Isabelle Schmelzer faisaient partie du panel et Stan a offert une perspective provocante sur une approche de « triage » à adopter pour déterminer quelles hardes devraient faire l’objet des efforts de rétablissement.

Les liens techniques abordés à la conférence avaient trait à tout le travail effectué au pays sur les relations entre le caribou et les perturbations et entre le caribou et le climat. La description de travaux de restauration de l’habitat dans le nord-est de la C.-B. et en Alberta nous a éclairés sur les outils et les cadres permettant d’établir des priorités afin de maximiser les avantages compte tenu des ressources disponibles. Environnement et Changement climatique Canada a présenté un aperçu d’un nouveau projet intéressant qui se base sur le travail réalisé en 2011 pour l’évaluation scientifique visant à guider la détermination de l’habitat essentiel de la population boréale du caribou des bois au Canada, et cherche à étudier davantage les relations entre les perturbations et la probabilité de persistance des populations de caribou.

Les liens humains présentés concernaient les relations entre les peuples autochtones, le territoire et le caribou de même qu’entre l’industrie, les gouvernements, les peuples autochtones et les groupes environnementaux, qui sont nécessaires pour faire progresser la conservation du caribou. Gord Vaadeland (SNAP), du groupe de travail régional (GTR) de la Saskatchewan, a présenté l’approche de collaboration entre l’industrie et les ONGE que le GTR a adoptée à cette fin, en étroite collaboration avec des gouvernements autochtones et la province. Margaret Donnelly (Alberta-Pacific) et Amit Saxena (Devon Energy Corporation) ont souligné le travail de collaboration, dont celui du groupe de travail régional de l’Alberta de l’EFBC et sa collaboration avec le secteur énergétique et le milieu forestier en général pour faire avancer la conservation du caribou dans le nord-est de l’Alberta. Le comité scientifique de l’EFBC a profité de l’occasion pour renforcer ses liens lors de la conférence, en se rencontrant en personne pour intégrer les nouveaux membres, Kate Lindsay (APFC) et Chris Miller (SNAP).

Je suis impatient d’assister à la prochaine conférence, qui aura lieu en 2018, pour consolider les nombreux liens nécessaires pour faire progresser la conservation du caribou dans un esprit de réconciliation afin que le secteur canadien des ressources naturelles et les collectivités qui en dépendent puissent profiter continuellement des possibilités qui s’offrent à eux.

 

 


Kris McCleary est la coordonnatrice national du comité scientifique de l’Entente sur la forêt boréale canadienne.